Navires fluviaux : ils vont vraiment vous étonner !

On pourrait penser que le navire qui file tranquillement sur les fleuves d’Europe ou d’ailleurs n’a rien de bien exceptionnel, et pourtant. Découvrez 7 choses surprenantes sur les embarcations fluviales, et sur celle que vous emprunterez peut-être lors d’une prochaine croisière à thème.

Navires fluviaux : ils vont vraiment vous étonner !

Partagez cette info avec vos amis :

La hauteur du navire est modulable

Pour passer des ponts, le bateau dispose d'un système de lestage pour baisser son niveau et ainsi passer certains ponts un peu trop bas. L'idée ? Faire pénétrer une masse d'eau importance dans la coque afin de l'alourdir et l'enfoncer un peu plus dans l'eau. Dans certains cas comme les crues que la France vient tout juste de connaître, ce procédé ne changera rien et le navire est bel et bien immobilsé.
 

Votre navire est plus étanche qu’il n’y paraît

Aucun navire n'est à l'abri d'une avarie, et les navires fluviaux sont autant concernés que leurs homologues maritimes. Aussi, pour éviter une entrée d'eau, il existe un système de portes étanches que l'équipage pourra rapidement activer si besoin. Vous n'êtes pas d'un tempérament à vous relaxer sur l'eau ? Voilà qui devrait vous tranquilliser. D’autant plus que le nombre d’avaries sur ce type de bateau est extrêmement rare. Rassurez-vous donc pour la prochaine croisière sur le Danube et sur le Rhin…
 
 

Des écluses à vous donner le vertige

Bon, vous n’allez tout de même pas avoir cette sensation de compression dans les oreilles, mais sachez que vous allez clairement changer de niveau d’altitude lorsque vous passerez certaines écluses. La photo qui suit illustre assez bien le procédé. Le navire est actuellement placé dans une zone étanche et isolée qui se remplit peu à peu pour le faire monter. Le niveau à atteindre est celui où se situent les 2 piliers de couleur jaune, soit une dizaine de mètres plus hauts. Le processus de mise à niveau prend quelques dizaines de minutes.

 
Passage écluse lors d'une croisière fluviale
 
C’est un toujours un spectacle qui fascine les passagers, lesquels n’hésitent pas à sortir sur les différents ponts du navire pour l’admirer. L’une des plus hautes écluses du monde se trouve au Kazakhstan, à Oskemen. Elle mesure 42 mètres de haut !
 

Beau comme un moteur de camion !

Sur un navire-type qui transporte une centaine de passagers, il faut savoir que le moteur du bateau est équivalent (comprenez aussi puissant) qu'un moteur de camion. Il peut y en avoir plusieurs. Un moteur consomme en général 1 litre par heure. Pour vous donner un ordre d’idée de la consommation globale sur une croisière d’une semaine, prenons l’exemple de la dernière croisière Danube. Selon les estimations du commandant en second avec qui nous avons parlé, elle est évaluée à environ 100000 litres. Pour rappel, le navire faisait un trajet aller-retour au départ de Vienne en passant par Melk, Bratislava, Kalocsa, Budapest et Esztergom.
 

Piloter un navire fluvial, facile !

Bien souvent, le cockpit d’un appareil apparaît très complexe et au quotidien, seules quelques commandes servent. Tout comme sur les avions, les navires fluviaux modernes et qui parcourent de longues distances sont équipés d’un pilote automatique. Sachez-le, le gros de l’itinéraire est assuré par une machine. Pour ce qui est des manœuvres d’accostage, de départ ou de passage des écluses, le capitaine et son staff sont bel et bien à la barre. Et cette dernière prend la forme de petits joysticks correspondant aux différentes hélices et à la direction qu’ils souhaitent leur donner. Tout cela pourrait presque ressembler à un jeu vidéo. On peut les observer sur le cliché ci-dessous prenant la forme de poignées métalliques : 
 
Poste pilotage d'un navire fluvial
 
Passée notre accroche simpliste du titre de cette rubrique, rappelons que les capacités des pilotes sont remarquables et le fruit d’une longue expérience. Bien sûr, cela n’a rien d’évident !
 

Un long fleuve pas si tranquille

Manœuvrer un navire de plusieurs centaines de tonnes (le Vivaldi de CroisiEurope fait 1700 tonnes) n’a rien d’un jeu d’enfant. Et pour cause, l’anticipation est la première des qualités requises pour éviter des rencontres inopportunes. C’est que la navigation sur ces chemins d’eau est parsemée d’embûches. Ces dernières peuvent prendre la forme de morceaux de bois ou d’objets divers qui flottent, mais aussi celle de voies d’eau beaucoup plus étroites. Sans compter la difficulté du passage des écluses où le navire est clairement confiné dans un espace restreint. Toucher de la main les parois de l’écluse serait presque possible sur certaines écluses.
 

Le commandant est plus accessible que sur un navire maritime

Et puisqu’ici, nous évoquons beaucoup l’équipage, sachez que la rencontre du capitaine et du personnel naviguant est nettement plus aisée en fluvial que lors d’une croisière maritime. C’est d’ailleurs un aspect assez appréciable de ce type de croisière où il n’est pas rare de croiser le capitaine lors des journées à quai (autant dire quasiment tous les jours). La petitesse du navire y fait également beaucoup. Vous l’avez compris, vous ne serez pas contraint(e) d’attendre la photo du capitaine en fin de croisière pour le voir et échanger quelques mots avec lui !
 
© Crédits vignette : MediaUp (Tous droits réservés)

Publié le jeudi 23 juin 2016 09:16

À propos de l'auteur

Fred Santos Fred Santos : Journaliste, Fred vous informe sur l'actualité du monde des croisières.
Retrouvez +Fred Santos sur Google+
Tous les articles de Fred Santos

Pourquoi choisir Croisières d’exception ?

Une équipe francophone qui vous accompagne, bienveillante et aux petits soins > découvrir

le plaisir d’apprendre et de comprendre avec nos conférenciers > en savoir plus

La garantie des institutions qui assurent la protection des voyageurs > en savoir plus

Des navires de qualité, des destinations rares et merveilleuses > découvrir

Ils sont déjà partis avec Croisières d'exception. >  Lisez leurs témoignages