Croisière fluviale : la nouvelle tendance de voyage en France ?

À la recherche d’une alternative de voyage ? La croisière fluviale a quelques arguments intéressants. Focus sur cette nouvelle tendance !

Croisière fluviale : la nouvelle tendance de voyage en France ?
Partagez cette info avec vos amis :

Le point sur les (derniers) chiffres de la croisière fluviale pour les passagers français

Il est très difficile de disposer de données récentes sur ce secteur. Les dernières statistiques relatives au marché français ont été publiées par la CLIA… en 2015.  Elles nous donnent tout de même une belle idée des proportions des différents marchés. Sur l’année 2014, 593.000 vacanciers français sont partis en croisière, et 148.100 d’entre eux ont opté pour des croisières fluviales. Une part de 25% qui n’a rien de négligeable, surtout lorsqu’on connaît la capacité des mégapaquebots (plusieurs milliers de personnes) face à celles des navires fluviaux (proposant en général une petite centaine de cabines par bateau). Toujours sur cette même période, les passagers français ont d’abord opté pour des fleuves en France (à 30%). Le Rhin arrive en deuxième destination (24%), suivi du Danube (18%), de la Russie (11%) et  du Portugal (4%). Les autres fleuves européens représentent une part de 10%. L’Europe pèse à 97% dans ce choix de destinations. Ils ne sont que 3% de passagers français à opter pour un itinéraire fluvial hors du continent. Avec 40 années d’expérience et une flotte de 50 navires fluviaux à son actif, la compagnie CroisiEurope est leader sur le marché européen. À l’échelle mondiale, on compte plus de 1000 navires (majeurs) qui parcourent les méandres des fleuves et les droites des canaux de nos continents. Certaines compagnies ont pour cœur d’activité la fluviale (comme CroisiEurope) et d’autres opèrent en plus dans la maritime (Crystal…)
 
 
Au fait, connaissez-vous les différences entre les croisières maritimes et les croisières fluviales ?
 
 

Des destinations toujours plus riches et diverses

Amazone, Mékong, Douro, Guadalquivir, le Danube, Mississipi, Volga… nombreuses sont les régions de notre monde qui offrent des trajets sur les fleuves, canaux et côtes. Vous l’avez vu dans les statistiques précédentes, les Français s’orientent plutôt vers destinations proches. Il y a au moins 2 raisons à cela: d’abord pour le format court qu’offre une croisière à proximité. Il n’y a alors pas à rajouter des heures de vol pour débuter son périple. Et aussi parce que l’offre de voyages y est déjà impressionnante et éclectique. Il est certain que le joyau architectural en bois de l’île de Kiji (Volga/Lac Onega) n’a pas grand-chose à voir avec les imposants vestiges romains de Cordoue qui habillent le Guadalquivir. Et qu'il tranche tout autant avec la sublime vue sur le Parlement de Budapest lorsqu’on navigue sur le Danube. La séquence qui suit vous donne un bel aperçu des destinations possibles et des activités qui vous attendent…
 
 

Un public exigeant en quête d’art, d’histoire et de culture

On manque de données officielles sur les motivations premières des passagers qui embarquent sur un navire fluvial. Mais il y a fort à parier que des aspirations culturelles arriveraient en bonne place. Dans la maritime, le navire est bien souvent une destination en soi. Dans la fluviale, son importance est moindre. Les passagers vont alors privilégier la qualité des escales, leur poids historique, culturel voire l’aspect gastronomique. Certaines agences vont même jusqu’à embarquer la culture et l’art à bord des navires pour offrir des expériences inédites aux passagers. Ce sera notamment le cas lors de la prochaine croisière « Au fil de l’Art » qui se déroulera sur le Danube…
 
 
Notons que des acteurs comme Francis Huster se produisent même sur scène à bord, pour le plus grand plaisir des amateurs de théâtre.
 

Des prestations plus soignées pour les nouveaux navires

C’est un fait, la capacité des navires fluviaux est faible. Celle-ci tourne autour de 100 passagers à bord. Vous vous en doutez, la contrainte est avant tout technique et on imagine mal à mastodonte de 400 mètres de long et de plusieurs dizaines de mètres de hauteur sur les fleuves, aussi grands soient-ils. À petite jauge, petits espaces ? Les cabines de navires fluviaux sont certes plus petites, mais cela n’est en rien gênant. Elles restent tout à fait fonctionnelles et on y passe finalement peu de temps ! On n’y trouvera pas d’immenses suites comme c’est le cas sur la plupart des mégapaquebots, mais ce n’est pas forcément la quête première de ces passagers. Les espaces communs seront certes plus petits, mais cette dimension intimiste en ravira plus d’un. Il y a par contre un aspect sur lequel les compagnies fluviales lésinent de moins en mois: la qualité des navires. Les nouveaux bateaux de CroisiEurope illustrent assez bien cette tendance. Toute comme cet incroyable navire qui navigue actuellement sur l’Amazone. Ou même cette autre unité de la Viking…
 

Publié le mardi 21 mars 2017 18:13

À propos de l'auteur

Fred Santos Fred Santos : Journaliste, Fred vous informe sur l'actualité du monde des croisières.
Retrouvez +Fred Santos sur Google+
Pourquoi choisir Croisières d’exception ?

Une équipe francophone qui vous accompagne, bienveillante et aux petits soins > découvrir

le plaisir d’apprendre et de comprendre avec nos conférenciers > en savoir plus

La garantie des institutions qui assurent la protection des voyageurs > en savoir plus

Des navires de qualité, des destinations rares et merveilleuses > découvrir

Ils sont déjà partis avec Croisières d'exception. >  Lisez leurs témoignages