Voir les aurores boréales : où et à quelle période ?

Voir les aurores boréales : où et à quelle période ?

Qu’est-ce qu’une aurore boréale ?

Avant d’être un souvenir à jamais gravé dans l’esprit de ceux qui ont assisté un jour à ce spectacle éblouissant de la nature, c’est avant tout un phénomène lumineux, chimique et gazeux.
Les aurores polaires (boréales ou astrales) sont le résultat de la puissance magnétique exercée par notre planète qui dévie les vents solaires en direction des pôles. Le soleil expulse en effet de façon permanente quantité d’atomes et de particules ionisés de matière. Cette matière cosmique parcourt à très grande vitesse la distance jusqu’à la Terre avant de se heurter à sa magnétosphère. Ce champ magnétique agit alors comme un bouclier protecteur. Il dévie les rayons cosmiques vers les extrémités avant qu’ils ne s’embrasent dans la haute atmosphère dans des voiles lumineux et colorés stupéfiants, le plus souvent d’un vert intense tirant vers le jaune. Les variations de couleurs dépendent de l’altitude, du niveau d’énergie des particules solaires et de la nature du gaz.
Mais face à cette explication scientifique, on pourra choisir de garder nos yeux d’enfants et continuer d’y voir un tour de magie ensorcelant, un feu d’artifice féérique, des fulgurances lumineuses mystérieuses. 

Le meilleur moment pour en profiter

Tout dépend d’où on se trouve... Il est en effet possible de voir des aurores tout au long de l’année, mais pas n’importe où et pas dans n’importe quelles conditions.
Dans l’hémisphère nord, on peut assister au spectacle des aurores boréales durant les mois « froids », entre le 21 septembre et le 21 mars, particulièrement aux équinoxes et entre 18h et 1h du matin. En dehors de cette période, le soleil de minuit éclaire le ciel en continu et empêche l’observation de ce phénomène.
Dans l’hémisphère sud, il faudra attendre les mois d’été pour voir les aurores australes au dessus de l’Antarctique.

Les bonnes conditions d’observation

La lumière ou les nuages sont les pires ennemis des aurores polaires. Il faut donc privilégier :

  • un ciel dégagé, avec de préférence peu ou pas de nuages
  • une nuit noire : éloignez-vous un maximum des villes et de leur pollution lumineuse et consultez le calendrier des phases lunaires pour éviter des lunes pleines ou brillantes.

Assister à une aurore boréale


Quelques-uns des meilleurs spots d'observation

« L’aurore boréale est née sur la grande banquise là-bas vers l’est derrière les montagnes qui ferment l’entrée du fjord. Elle a grandi tout au travers du ciel, en rubans et en franges, jusqu’au désert de glace là-bas vers l’ouest, derrière Nartidok. Vivante comme une étoffe, comme une chair, c’est l’âme, le cœur de la nuit. Elle bat, elle frémit, elle souffre, elle pleure, elle rit. Parfois elle dort, inerte, et tout à coup elle se réveille, et ses joues deviennent roses. Elle ouvre les yeux et ses yeux sont bleus. Puis, quand elle est fatiguée de jouer, elle meurt pour renaître derrière la grande banquise que cachent les montagnes de l’entrée du fjord. »  Boréal, Paul-Emile Victor, 1938

En Norvège, des îles Lofoten au Svalbard

Il faut se hisser jusqu’aux cimes norvégiennes et passer le cercle polaire arctique pour observer des aurores boréales dans des conditions idéales. Sur le continent, de nombreux départs depuis la charmante ville de Tromso prévoient l’exploration d’une nature sauvage et le spectacle des aurores.
Un peu plus au sud, les Îles Lofoten offrent également un écrin magnifique à cet instant magique, avec des décors naturels époustouflants.
Plus haut, vous parviendrez aux frontières de la Laponie norvégienne, dans le Finnmark, ou vous pourrez observer ce phénomène à la lumière des traditions et de la culture Sámi.
Enfin, à 900 kilomètres de la Norvège continentale et à seulement 1 300 kilomètres du pôle Nord, le Svalbard et l’île du Spitzberg offrent également des conditions parfaites au cœur d'une nature préservée. 

*Embarquez pour les paysages et les aurores des fjords de Norvège et du Spitzberg !

 Aurore boréale Norvège


La magie au cœur de la nuit islandaise

Depuis l’intérieur d’un fjord, au bord d’un lac volcanique ou au cœur d’un désert lunaire, l’Islande offre également un cadre unique et somptueux à ces illuminations. De nombreuses excursions nocturnes partent de Reykjavik pour vous plonger dans la magie des nuits islandaises.

 

 

En Suède, depuis la Aurora Sky Station

C’est dans la région arctique du nord-ouest du pays, en Laponie suédoise, qu’il y a le plus de chance de voir le ciel de Suède s’embraser. Bien que le pays offre différentes possibilités d’observation naturelle, il existe un site dédié à l’observation des aurores boréales, dans le Parc National d’Abisko, à la Aurora Sky Station. Située à 900 m au dessus du niveau de la mer sur le Mont Nuolja, cette station isolée a la réputation d’être l’un des meilleurs spots d’observation du pays. L’ascension en téléphérique jusqu’à la station vous donnera la sensation de vous hisser vers les cieux pour une nuit teintée de mille couleurs.

Nuit blanche en Laponie finlandaise

Et puisque les aurores boréales participent à la magie de Noël durant les mois d’Hiver, pourquoi ne pas pousser l’expérience jusqu’en Laponie finlandaise. Cette région, la plus vaste de Finlande, faite de forêts profondes et de grandes étendues blanches est aussi la moins peuplée. C’est la terre de prédilection des rennes et on dit que sa capitale Rovaniemi est la « ville du Père Noël ».
A ski de fond, en traineaux à chiens ou dans la chaleur d’un bain nordique extérieur, la Laponie finlandaise offre sans conteste des conditions rêvées pour admirer la beauté évanescente de ces halos incandescents.
Ici, on les appelle Revontulet, « les feux du renard », d’après une légende du peuple Sámi selon laquelle un renard céleste projetterait des étincelles en courant à toute vitesse sur les cimes enneigées. Poésie et magie sont réunies.

Aurore boréale sur forêt


Au Canada

En traversant l’Océan Atlantique, c’est sur le territoire canadien au dessus du 60° parallèle que l’on trouve les endroits les plus propices au spectacle boréal.
L’immensité du territoire offre de nombreuses options d’expériences, des plus encadrées dans les Territoires du Nord-Ouest, du Yukon ou de Manitoba, au plus sauvages en terres Inuit, dans la province du Nunavut.
De façon plus rare, il est à noter qu’on peut également avoir la chance d’observer des aurores boréales dans le nord du Québec lors des très fortes activités magnétiques. Même si les phénomènes restent très épisodiques, les abords de la Baie James réunissent les meilleures conditions de réalisation. 

*Des instants uniques au cœur d'une nature sauvage ? Ne manquez pas nos départs pour le Canada ! 

Publié le vendredi 14 décembre 2018 à 14:56

À propos de l'auteur

juliette Juliette Mage : Journaliste voyage