Excursions en croisière : conseils, astuces et erreurs courantes

Ce guide vous apporte un éclairage très complet sur la pratique des excursions en croisière. Définition, astuces et erreurs… vous saurez tout !

Excursions en croisière : conseils, astuces et erreurs courantes

Partagez cette info avec vos amis :

C’est quoi une excursion ?

La définition stricte renvoie à une balade dans une région avec pour objectif de la visiter et d’en découvrir les principaux sites. Alors, on peut la faire seul ou avec un guide et c’est justement là que le sens a toute son importance dans le cadre d’un voyage en mer. En effet, dans le champ lexical de la croisière qu'il convient de connaître avant de partir en croisière, il est important de différencier l’excursion de la simple escale. La première fait référence à une découverte avec accompagnant (francophone ou pas), la seconde à une visite par ses propres moyens. Que votre navire fasse un arrêt en Guadeloupe, à Paris ou sur les côtes de l’Adriatique, que vous fassiez une excursion Costa ou avec une autre compagnie, la signification sera la même. Autre point important, il est indispensable d’effectuer une réservation lorsque vous voulez profiter des services d’un guide. Ce dernier peut être réservé auprès de la compagnie (en amont sur le site avant votre voyage comme le permet MSC, au bureau des excursions sur le navire, sur les bornes électroniques ou directement sur un téléphone ou une tablette (si le dispositif existe).
 

Sont-elles obligatoires ?

Vous l’aurez compris, rien n'est imposé lorsque vous faites une croisière. Vous êtes donc libre de visiter par vos propres moyens les escales qui sont proposées sur votre itinéraire. La seule contrainte que vous aurez si vous optez pour cette solution est de rentrer à temps. Dans le jargon, on parle d'une heure limite pour être « Tous à bord ». Si vous avez un doute sur cet horaire, sachez que celui-ci est indiqué sur le journal de bord ou sur les espaces d'informations lorsque vous quittez le bateau. Ne prenez pas cette obligation à la légère, car le bateau peut très bien partir sans vous si vous n'êtes pas présent à l'heure où vous devez embarquer. Vous ne seriez pas le premier à qui cela arrive, et certainement pas le dernier. 
 
Si vous êtes un peu débrouillard, et même si vous ne parlez pas la langue locale, vous pouvez sans crainte partir en escale. Dans un précédent guide, nous vous donnions d'ailleurs les outils pour bien préparer ses escales. Certains sont gratuits, d'autres  payants et à l'heure d'Internet, vos visites culturelles en totale autonomie peuvent être majestueuses et riches d'informations. Que ce soit en termes d'indications historiques sur les monuments que vous trouverez sur votre route ou en matière de repérage sur une carte, tout est possible. Dans ce cas, il paraît évident que cela vous fera économiser de précieux euros puisque vous serez votre propre guide touristique.
 
Notons toutefois que payer une excursion peut parfois s'avérer pertinent. Soit parce que le lieu touristique est très riche, regorge de données historiques et rien ne vaut un guide professionnel. Soit parce que l'accès est compliqué en solo et que votre compagnie a passé des partenariats avec des transporteurs locaux. Même s'ils sont généralement abordables, les prix des excursions peuvent vite peser lourd dans le budget d'une famille de croisiéristes. Si vos moyens sont limités, notre conseil est de bien étudier ces villes que vous pouvez visiter seul et de sélectionner avec soin ces autres escales où l'accompagnement paraît nécessaire.
 

7 erreurs à éviter…

Voici quelques précieux conseils aux croisiéristes soucieux de ne pas rater l'essentiel lors de leurs excursions. Que ce soit pour se sentir à l'aise, pour profiter des vrais bons plans et aussi pour éviter les mauvaises surprises pour du tourisme en France ou à l'étranger.

1. Opter pour une tenue inadaptée

35 degrés, pas un souffle de vent, peu d'humidité... et pourtant, vous voilà vêtu(e) avec des habits dignes des explorations polaires les plus ardues et avec un gros sac sur le dos. Sans forcément tomber dans les exemples les plus extrêmes, ne minimisez pas l'importance de votre tenue vestimentaire et de votre équipement embarqué lors de vos excursions. Cela peut clairement vous gâcher la visite de la ville, de la réserve naturelle ou de la région dans son ensemble ! S'il fait beau et chaud, misez sur une tenue légère et pourquoi pas un short. Vous voulez être prévoyant et prêt(e) pour les baisses de température lors de la visite de monuments ? Optez pour un petit pull léger facile à transporter, ainsi qu'un K-Way pour les éventuelles intempéries. Ce vêtement roulé en boule présent dans nos sacs durant des décennies est sacrément pratique. S'il fait frais au sortir du bateau, pensez à prendre un sac suffisamment grand pour accueillir vos vêtements les plus chauds si l'atmosphère se réchauffe au cours de votre visite. Tout cela paraît évident, mais encore faut-il avoir la présence d'esprit d'y penser une fois sur place et profiter pleinement des paysages, de la faune et de la flore. Vous le verrez, cette préparation est particulièrement utile lorsque vous partez en Patagonie… et dès lors que vous quittez le cadre de la tradionnelle croisière Méditerranée.
 

2. Oublier les basiques

Maintenant que vous voilà habillé(e) comme il se doit en fonction de la météo, avez-vous réellement pensé au contenu de votre sac ? Car c'est bien lui qui doit contenir tous ces objets aussi pratiques qu’indispensables lors de votre escale. On pense bien entendu aux incontournables lunettes de soleil, à la crème solaire protectrice, au couvre-chef ou même à une petite trousse de pharmacie. Ne négligez pas ce dernier aspect, nous ne sommes jamais à l'abri d'une petite égratignure, d'une migraine ou d'une mauvaise digestion. Voilà globalement pour le contenu de base. Et concernant le contenant, préférez un sac aussi léger que sécurisant. Sachez qu'il existe des sacs à dos sécurisés avec une fermeture éclair placée au niveau du dos. Comprenez qu'il vous faudra obligatoirement l'enlever pour accéder à l'intérieur. Voilà qui ne devrait pas simplifier la tâche d'éventuels pickpockets. C'est d'autant plus indispensable si vous sortez des sentiers battus !

3. Se transformer en convoyeur de fonds

Espèces et billets en escale

Voilà l'une des erreurs les plus fréquentes que les croisiéristes débutants (ou insouciants) commettent. Transporter avec soi tout son liquide est un fait regrettable et dangereux. Vous l'imaginez, sortir tout son cash lorsqu'il s'agit d'acheter de petites babioles dans une échoppe de souvenirs ou pour se payer son déjeuner n'est jamais un fait anodin. Cela peut susciter quelques convoitises malvenues, ou au moins vous mettre mal à l'aise dans la rue. Préférez disposer de quelques dizaines d'euros (ou en équivalence de devises) et de votre carte bancaire. Nul doute que vous pourrez retirer ce qu'il faut quand il le faudra, et aussi que vous pourrez payer par carte si vous disposez d'une carte internationale. En général, toutes les cabines proposent un coffre-fort dans la cabine. L'essayer, c'est l'adopter !

4. Négliger le « Tous à bord » (en mode prolongation d’excursions)

Quand on vous dit que le « Tous à bord » est à 18h30, c'est 18h30 et pas 18h40 ! Parce que c'est bien à cette heure (à quelques minutes prés) que le navire débutera ses manœuvres pour quitter le port. Chaque minute de retard qui passe est une perte sèche pour la compagnie, et croyez bien qu'elle n'entend pas perdre de l'argent pour vos beaux yeux. Prévoyez donc large pour être certain(e) de vous retrouver au terminal d'embarquement bien en avance sur cet horaire. Et vous ne pourrez pas dire que vous n'étiez pas au courant puisque cette indication figure aussi bien sur le journal de bord que sur un panneau lorsque vous débarquerez en escale. On vous laisse imaginer la suite de votre périple si le bateau part sans vous.

5. Surévaluer votre connaissance du terrain

Communiquer en excursion

Parmi les informations dont vous devez disposer avant de quitter le navire pour vous rendre à votre excursion, il y a bien sûr l'horaire de départ, mais pas seulement. En effet, vous devez tout de même avoir un minimum de connaissances sur la terre que vous allez fouler. Sans vous dire que vous devez absolument maîtriser toutes les subtilités de la langue ni tous les coins et recoins de l'escale, mais au moins en savoir un minium. Il sera donc toujours utile de connaître les points d'intérêt à visiter, les équivalences monétaires, ou encore quelques rudiments linguistiques. N'improvisez pas une visite libre trop lointaine à la dernière minute, vous pourriez alors rater le départ de votre paquebot. Ce serait dommage…

6. Acheter des objets interdits et les rapporter sur le bateau

En visitant certaines destinations, il est probable que vous soyez tenté(e) d'acheter de nombreux souvenirs à terre. En effet, il peut s'avérer difficile de ne pas rapporter chez soi ces fabuleuses liqueurs d'alcool qu'un marchand nous a habilement fait dégusté dans son échoppe. Sur l'instant, on ne se pose pas forcément les bonnes questions et on sort bien volontiers la carte bancaire pour ramener quelques doux breuvages. Ne vous emballez pas, certains objets et denrées sont proscrits sur un navire de croisière et l'alcool, notamment, en fait partie. Pour des raisons évidentes de sécurité, vous passerez systématiquement par un portique de sécurité (voire plusieurs) et vous pouvez vous faire confisquer certains éléments. Une seule chose à faire pour éviter les mauvaises surprises : consulter notre liste des choses interdites en croisière.

7. Passer à côté des emplettes détaxées

Vous ne vous en doutez pas forcément, mais certaines destinations sont plus propices aux emplettes que d'autres. Aussi faudra-t-il vous intéresser aux atouts tarifaires de certaines escales. Cigarettes, vêtements, parfums... les produits particulièrement taxés en France ne le sont pas pour autant dans d'autres pays. Et là encore, n'hésitez pas à interroger vos accompagnateurs francophones en croisière. Ils se feront un plaisir de vous délivrer les meilleurs conseils. Cela n'a pas de prix !
 

… et les 7 questions à se poser avant de réserver

1. Le temps libre fait-il partie de votre excursion ?

Visite de la cathédrale, de la galerie commerçante, découverte de la ville en bus, de sites historiques à couper le souffle… voilà pour le programme de cette escale organisée par votre compagnie. Mais est-ce que vous disposerez de suffisamment de temps pour se promener à votre guise dans les rues et les quartiers de votre choix ? Telle est la question que vous devez vous poser avant de signer, car vous risquez d’être particulièrement déçu au terme de votre visite si vous n’avez pu déambuler comme vous le souhaitiez. Lisez donc bien le descriptif des excursions proposées, et si vous trouvez le détail un peu faible, mettez immédiatement le cap vers le bureau dédié de votre navire pour obtenir des informations complémentaires. La mention « temps libre » ou « free time » si vous naviguez sur une compagnie anglophone est alors de bon augure.

2. Quelle est la durée réelle de votre visite ?

Il arrive que l’objet de votre visite soit géographiquement assez éloigné du port dans lequel  vous accostez. Si l’on vous vend sur le papier une excursion d’une durée de 5 heures, et que vous savez que vous passerez un temps certain dans le bus, un seul réflexe : le calcul d’itinéraire ! Vous pouvez soit le faire en amont de chez vous soit depuis l’écran de votre téléphone mobile (attention aux frais de connexion hors Europe dans ce cas). Si le trajet aller fait 1h15, comptez que la visite réelle durera 2 heures et demie. Vous passerez donc la moitié de votre temps à transiter, l’autre à visiter. Ne vous méprenez donc pas sur les 5 heures qui ne correspondent en réalité qu’à 2h30 de visite effective. La somme que vous vous apprêtez à débourser peut avoir une tout autre résonance avec ce paramètre. Vous le voyez, on peut être très loin d'une visite sur la journée complète, voire la demi-journée.

3. Quel est le mode de transport qui vous correspond le plus ?

Excursion en bus

Lorsqu’il s’agit de se rendre dans un petit village niché en haut de la montagne, le car est évidemment le moyen de transport privilégié. Si le site vaut vraiment le détour, vous ferez bien quelques lacets et prendrez bien votre médicament contre le mal de cœur. Par contre, si vous avez une réelle difficulté à emprunter un tel moyen de transport, interrogez-vous sur les alternatives. Prenons l’exemple d’une escale à Rome, ou plutôt au port de Civitavecchia. Vous pouvez certes opter pour le bus qui viendra vous chercher à la descente du bateau et partir pour les 3 heures de trajet aller-retour. Ou choisir le trajet en train pour cette ville d'une durée de 45 minutes (la gare est à environ 1 kilomètre du port). Comptez une dizaine d’euros pour l’aller-retour et de multiples possibilités de gares d’arrêts selon vos envies de visite dans Rome.
 
Parfois, la solution proposée par la compagnie n’est pas forcément la plus pertinente. Mais tout cela dépendra bien entendu de la destination. C’est à vous de prévoir les choses avant le départ afin de disposer des meilleurs outils de comparaison chez vous.

4. Qu’attendez-vous réellement de cet arrêt au port ?

Loin de nous l’idée de faire le procès des excursions organisées par les compagnies, certaines d’entre elles sont tout simplement fabuleuses et paradisiaques, et simplifient grandement la visite et la découverte des croisiéristes. Mais il convient de s’interroger sur ce qu’on l’on veut vraiment. Et cela va aussi dépendre de plusieurs facteurs :
 
  • quid de la richesse culturelle de l’escale (nombre de points d’intérêts culturels à découvrir en un temps donné) ?
  • est-ce que vous connaissez déjà la ville ?
  • est-ce que vous voulez tout voir ? (même vite)
  • est-ce que vous préférez vous concentrer sur quelques points puisque vous y reviendrez certainement lors d’un prochain voyage ?
  • est-ce que la déambulation de la ville n’est pas le meilleur moyen de « ressentir » la ville ?
 
Selon vos envies, regardez ce que vous propose votre bureau des excursions. Indispensable avant le débarquement !

5. Pourquoi ne pas conjuguer sport et visite ?

Cyclo-tourisme

On peut se laisser mener par les moyens de transport modernes pour découvrir un endroit, mais on peut aussi miser sur l’activité sportive. Certains voyageurs (en capacité de le faire) préfèrent partir à l’assaut d’une ville par leurs propres moyens (physiques). La marche à pied est sans doute le moyen le plus répandu chez ces croisiéristes, mais rien ne vous empêche de vous pencher sur la question de la location de vélo. Cela peut se faire chez un loueur local, mais sachez que certaines compagnies disposent également de leur propre flotte de vélos. C’est notamment le cas de Costa qui peut vous clairement vous simplifier la tâche. Si vous envisagez cette option, n’hésitez pas à regarder une cartographie du relief de la ville avant afin d’éviter les mauvaises surprises, de même que de vérifier si des pistes cyclables sont bel et bien présentes.

6. Cette excursion est-elle expérience unique?

Visite du marché, découverte du musée, shopping dans les artères commerçantes de la ville, présentation de la cathédrale, farniente sur la plus belle plage de la région… voilà des intitulés que vous trouverez sans grand mal sur les différentes brochures commerciales de la compagnie. N’ayez crainte, ces excursions étant populaires, elles ne disparaîtront pas de sitôt et vous aurez tout le loisir de les faire une prochaine fois. Par contre, il est des « croisières événements » qui proposent des excursions rares.

7. Est-ce que je peux faire la même chose pour un tarif plus intéressant ?

Bien souvent, la simplification à un prix et il peut être nettement plus élevé que si vous le faites par vos propres moyens. Imaginons qu’une excursion vous propose un transport en bus jusqu’au centre d’une ville et la visite de 3 beaux sites (un château, un déjeuner dans un restaurant typique et une sortie shopping). Faites maintenant la comparaison entre le tarif total de la sortie, et la somme que vous débourserez si vous organisez les choses par vous-mêmes. Une chose est sûre, la séance shopping ne vous coûtera rien, le prix du déjeuner pourra facilement être revu à la baisse puisque vous aurez le choix, et le prix d’une visite de monument n’est jamais prohibitif. Regardez ensuite le réseau de transports proposé dans la ville et la facilité d’accès à ces différentes zones, puis faites le calcul total. S’il est en deçà du tarif pratiqué par la compagnie, il y a de quoi s’interroger sur la pertinence de l’excursion. Notons que la maîtrise de l’anglais (ou de la langue du pays), et quelques outils de comparaison comme TripAdvisor (pour les restaurants) devraient vous être utiles pour économiser encore plus.

Publié le lundi 19 juin 2017 13:48

À propos de l'auteur

Fred Santos Fred Santos : Journaliste, Fred vous informe sur l'actualité du monde des croisières.
Retrouvez +Fred Santos sur Google+
Tous les articles de Fred Santos

Pourquoi choisir Croisières d’exception ?

Une équipe francophone qui vous accompagne, bienveillante et aux petits soins > découvrir

le plaisir d’apprendre et de comprendre avec nos conférenciers > en savoir plus

La garantie des institutions qui assurent la protection des voyageurs > en savoir plus

Des navires de qualité, des destinations rares et merveilleuses > découvrir

Ils sont déjà partis avec Croisières d'exception. >  Lisez leurs témoignages